Situé sur la commune de Cazères (en Haute-Garonne), le verger s’étend sur 9Ha dont 4 H sont consacrés à la culture de kiwis. Les arbres à kiwis, appelés actinidia, sont cultivés en bio et produisent au total entre 30 et 80 tonnes selon les années… En 2020, les Jardins du Volvestre, basés à Salles s/Garonne, ont racheté le verger.

Nous vendons nos kiwis bio en vente directe lors des journées de cueillette à la ferme.

CUEILLETTE 2020

DU VENDREDI 23 AU DIMANCHE 25 OCTOBRE de 9h30 à 17h30

Pour recevoir toutes les informations relatives à la cueillette (date, prix, organisation etc), merci de nous envoyer un mail à volvestre@cocagnehautegaronne.org

Nous trouver

110 chemin de Malaret, 31220 Cazères => lien Google Maps

Suivez le balisage Jaune !!

Cueillette & marché de producteurs

  • Cueillette des kiwis au verger (2€/kg)
  • Marché de producteurs sur place (liste des producteurs à confirmer sous peu)

Nous mettons à disposition des brouettes pour la cueillette des kiwis. Merci de prévoir vos contenants pour repartir avec vos produits.

Afin de réduire l’attente en caisse, merci de privilégier un paiement par CB ou chèque.

Protocole sanitaire – Covid 19

Afin de limiter les risques sanitaires liés au Covid, voici les mesures que nous mettons en place:

  • Maximum 1000 personnes dans le verger (comptage au parking/accueil) – Merci de limiter le nombre d’accompagnants pour nous permettre d’accueillir un maximum de cueilleurs.
  • Port du masque obligatoire sur tout le verger (dans les rangs de kiwi, sur le marché, en caisse…)
  • Mise à disposition de gel hydro-alcoolique (pour désinfection des manches de brouette et désinfection des mains en caisse)
  • Produits complémentaires pré-conditionnés
  • Distanciation en caisse

Merci à tous de respecter scrupuleusement ce protocole.

Ce fruit originaire des zones montagneuses et boisées bordant le fleuve Yang-Tsé en d’Asie du Sud-Est a d’abord été cultivé en Nouvelle Zélande. Appelé “pêche à macaques”, nourriture privilégiées des singes puis “groseille de chine” après qu’il soit implanté en Nouvelle Zélande, il fait parti des fruits exotiques reconnus et appréciés. Présent dans tous les commerces, il est entré petit à petit dans les habitudes alimentaires en Europe.

Il est crédité depuis les plus anciennes dynasties chinoises de nombreuses vertus médicinales contre l’hépatite, pour l’aide à la digestion, la guérison des hémorroïdes, la prévention des calculs, de l’hypertension, de la dyspepsie et aussi du grisonnement prématuré des cheveux! Depuis quelques années il est conseillé par le corps médical en prévention de l’état grippal du fait de sa forte dose en vitamine C, et de certains cancers.
Vins secs de kiwi, liqueurs, pâte de fruit, sorbets et pâtisseries sont autant de spécialités qui témoignent des possibilités culinaires de ce fruit.

De la famille des Actinidiacées, le kiwi est une liane pouvant atteindre une dizaine de mètres de hauteur à l’état spontané. A. chinensis est une espèce à peau lisse, et A. déliciosa espèce à fruits velus dont le cultivar Hayward reste aujourd’hui la variété la plus commercialisée grâce à son gros calibre et à sa longue conservation.

Cette plante étant dioïque, c’est à dire unisexuée, la présence de plants mâles est nécessaire auprès des plants femelles producteurs de fruits.

Au verger de Cléjust, la liane de kiwi est formée d’un tronc, de deux charpentières, de pousses latérales appelées cannes, de pousses fructifères et de renouvellement, de gourmands sans oublier les feuilles, les fleurs et les fruits.

Les charpentières sont formées par la division du tronc en deux bras qui reposent à l’horizontale sur le fil de fer central et de part et d’autre de ce tronc. Les latérales sont des ramifications qui partent directement des charpentières et portent les pousses fructifères. Elles sont renouvelées chaque année. Les principales interventions annuelles sur le kiwi sont la taille des femelles l’hiver après récolte, l’égourmandage, l’accrochage des branches au printemps, les raccourcissement d’été, l’élagage des mâles après la pollinisation et si besoin l’éclaircissage des fruits.

Les kiwis sont très sensibles à l’eau, au vent, au gel et à l’ensoleillement. Les interventions pour éviter les dommages sont fréquents tout au long de l’année: assurer une irrigation régulière et adaptée au printemps et en été, prévenir les risques de gel en arrosant la nuit, accrocher les cannes pour éviter qu’elles ne s’arrachent avec le vent…

Le fruit de l’actinidia est une baie de couleur marron (couleur des poils) alors que l’épiderme est de couleur verte, renfermant des centaines de pépins noirs, alignés et noyés dans la chair de couleur vert clair provenant de la présence de chlorophylle.

Le kiwi, comme l’avocat ou la poire , se récolte encore dur. On doit le laisser mûrir jusqu’à ce qu’il soit tendre au toucher, avant de le consommer.
Pour les manger “à point”, on peut les mettre dans un sachet plastique avec quelques pommes. En peu de temps l’émission d’éthylène des pommes va accélérer la maturité du kiwi. Il peut aussi se conserver dans un local frais, aéré et vide de tout autre fruit.