Lou, graine de maraîchère

Category:

Si vous deviez expliquer ce qu’est le Jardin du Volvestre à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler, que lui diriez-vous ?

C’est une exploitation de maraîchage, avec un accompagnement socio-professionnel qui permet d’avoir des oreilles à l’écoute, des mains tendues quand on en a besoin. En arrivant je pensais que c’était un emploi de maraîchage classique, je ne savais pas que c’était un chantier d’insertion. Je m’y suis impliquée totalement, j’ai fait les livraisons, un peu de préparation paniers, j’ai passé mon Caces 8 pour conduire le tracteur, j’ai appris à souder lors de la formation des ateliers paysans, et j’ai surtout participé à la production de plants.

Quel regard portez-vous sur votre parcours depuis que vous êtes entré aux Jardins du Volvestre ?

Grâce à ces 2 ans passés aux Jardins, j’ai pu me retrouver, confirmer mon goût pour le maraichage. Je pars donc en formation en BPREA responsable d’exploitation agricole (St Gaudens) de septembre 2018 à Juin 2019. Le hasard fait que mon nouveau logement dispose d’un jardin pédagogique de plantes médicinales et aromatiques dans lequel je vais pouvoir m’exercer en parallèle de ma formation. Ensuite, je vais chercher à travailler sur une exploitation avant d’envisager éventuellement de m’installer.

Qu’est-ce qui vous a le plus aidé pendant votre passage ici ?

C’est autant les encadrants, que les accompagnateurs socio-professionnels que les autres salariés. Ici, on peut plus facilement parler de ses difficultés avec les collègues à la différence d’autres lieux de travail et ça permet de relativiser et d’avancer.

J’ai vraiment apprécié le travail en équipe, l’entraide, la solidarité qui s’est créée entre nous. Et je garde de très bons souvenirs de ces repas sous forme d’auberge espagnole où tout le monde se côtoie simplement.

Quelles démarches avez-vous effectuées pour concrétiser votre projet professionnel et accéder à votre formation ?

J’ai fait un stage dans une ferme pédagogique qui était l’un de mes projets initiaux. Cette expérience m’a fait invalider mon projet car je me suis rendue compte que ce type de poste n’était pas compatible avec mes contraintes personnes. La piste du BPREA s’est imposée suite aux échanges avec les encadrants techniques, certains collègues, partenaires.

Comment voyez-vous votre avenir aujourd’hui ?

J’ai repris confiance en moi à une période de ma vie où j’avais de gros doutes. Je vois mon avenir de façon beaucoup plus positif et prometteur.

Je tiens sincèrement à remercier tout le monde aux Jardins et aussi à me féliciter moi !

Avez-vous un conseil à donner aux nouveaux salariés ?

Je dirai qu’il ne faut pas négliger l’accompagnement socio-professionnel proposé au profit de la production et mettre à profit tout ce qu’il y a à prendre (les formations, les stages et tout !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.